• La Saint-Arthur

     

     :-:-: La Saint-Arthur :-:-:

     

    La Saint-Arthur

    La Saint-Arthur

     

    La Saint-Arthur

    Quoi, la Saint Arthur! Aujourd'hui c'est la fête.
    Célébrons le poète aux semelles de vent,
    Contemplons son étoile, dans le bleu firmament,
    De sa prose et ses vers, enivrons-nous la tête.

    La Saint-Arthur

    C'est un nectar divin qui coule dans nos âmes,
    Et ses mots flamboyants, font un bel arc-en ciel,
    Leurs sons et leurs couleurs deviennent l'essentiel,
    Nous transportant ailleurs, ravivant notre flamme.

    La Saint-Arthur

    Mes pas, soudainement, m'entraînent vers le square,
    Où trône fièrement le buste de Rimbaud.
    Les «pelouses mesquines» se piquent de lambeaux,
    Des feuilles rouges et or, dont l'automne les pare.

    La Saint-Arthur

    Les vieux bancs du passé sont là et nous invitent,
    A la pause obligée, pour le recueillement,
    Tandis que du bassin, les rochers apparents,
    Dressent haut, leurs dômes, aux formes mégalithiques.

    La Saint-Arthur

    Les rentiers à lorgnons, les gros bureaux bouffis,
    Tous ces bourgeois poussifs, les alertes fillettes,
    Le désert absolu autour de la gloriette,
    L'orchestre militaire. Où sont-ils, Sapristi. !!!

    La Saint-Arthur

    En ce jour de novembre, là, devant la statue,
    Je m'incline humblement, et mes pensées s'envolent,
    Vers un ailleurs lointain : C'est une farandole
    De rimes et d'images, comme un sous-entendu.

    La Saint-Arthur

    Je m'éloigne et remonte par la rue Jean-Jaurès.
    Tout au bout, j'aperçois Charles de Gonzague,
    Sur la gauche, un kiosque où les fleurs extravaguent,
    Me fait un petit signe, plein de délicatesse.

    La Saint-Arthur

    Fureteurs, mes regard portent sur une rose
    D'un beau rouge incarnat, pétales veloutés,
      Une tige immense à la base épointée,
    Dans son papier brillant. Elle a un air grandiose.

    La Saint-Arthur

    Je l'acquiers et reviens, pour déposer la fleur,
    Aux pieds du grand Rimbaud. Je veux fêter Arthur.
    O! la chance inouïe, d'être en villégiature
    Dans sa ville superbe, aux décors enchanteurs.

    La Saint-Arthur

    Et je sens en mon sein vibrer mille tendresses,
    Au tomber de la nuit, dans ce square désert,
    Il pleure dans mon coeur, comme dans l'univers,
    Je te salue poète, Hommage je t'adresse.

    La Saint-Arthur

     La Saint-Arthur

      

     

     Et soudain...

     La Saint-Arthur