• Du virtuel au réel (11)

     

    ~~ Du virtuel au réel ~~

    L'étincelle

     

    L'étincelle Onzième chapître L'étincelle

     

     Une immense bouffée de joie submergea Xavier.

    Enfin il avait des nouvelles de Krystel.

    Ce fut rapide, mais ces quelques phrases échangées avaient transformé sa mauvaise humeur en chant d'allégresse. Il lança un regard complice à Diane Chasseresse, comme un sous-entendu entre eux.

    Son coeur s' expansait de bonheur.

    Tout à coup, il eut très faim. Il refit le chemin en sens inverse et regagna sa voiture.

    Pendant le trajet du retour, tout lui paraissait différent, un calme bienfaisant s'installait en lui, et il savourait ces minutes avec délices. Ah que c'était bon l'espoir. Après ces derniers jours de galère, où de sombres pensées lui avaient fait vivre de douloureux moments, voici que s'annonçait une belle éclaircie, et il voyait enfin un horizon très souriant devant lui. Il pensa à son rêve de la nuit...

    Il décida de se comporter différemment avec Florence. Pourquoi lui faisait-il supporter sa peine, alors qu'elle n'y était pour rien. Il se rémémora les attentions matinales qu'elle avait eues pour lui, et se promit de faire amende honorable.

    En entrant, il ne vit personne et s'étonna du silence. Les enfants devaient pourtant être debout.

    Il allait s'engager dans l' escalier, lorsqu'il aperçut Florence. Il lui fit un grand sourire, et la questionna:

    -"Flo, où sont Benjamin et Dorian? "

    -"Enfin Xavier, où as-tu la tête, tu sais bien qu'ils sont chez mes parents aujourd"hui. "

    -"Ah non, je l'ignorais"

    -"Je te l'ai poutant dit hier, apparemment tu n'es pas à l'écoute de mes propos. D'ailleurs je voulais te parler, car tu as depuis quelques temps, un comportement bien étrange."

    Xavier réfléchissait à grande vitesse, car il ne s'était pas préparé du tout à ce genre d'explication. Tout à l'euphorie de sa conversation avec Kystel, il n'avait rien anticipé.

    Il pensa qu'il fallait balayer tous soupçons, et opta pour une séduction en bonne et due forme.

    Florence, qui avait ravalé de grosses déceptions, voulait aller plus avant dans ses investigations.

    -" Je ne sais ce que tu as Xavier, il faudrait que l'on converse. As-tu des soucis à cause de ton travail? Es-tu fatigué? Je ne sais plus trop quoi penser. J'imagine que tu comprends ce dont je veux te parler."

    -" Oui, il est vrai que j'ai eu quelques soucis professionnels, et je n'ai pas eu envie de t'importuner avec, je te prie de m'excuser Flo, si je t'ai blessée. Tu sais que lorsque des problèmes surgissent, je ne tiens pas à te perturber."

    -" Je sais, mais c'est juste que cela a un effet inverse. Car igorer le pourquoi des choses, n'est pas pour apaiser les tensions."

    Xavier attrapa la balle au bon, il avait décidé de jouer sur sa séduction pour endormir les soupçons de sa femme.

    -"Voyons voyons, ma belle Dame, n'oubliez point que je suis Médecin, et apaiser les tensions est tout à fait de mon ressort."

    Il lui saisit les deux poignets, pencha sa tête sur son sein gauche, faisant mine d'écouter les battements de son coeur.

    -" Qu'entends-je.! un coeur tout neuf battant d'amour, Serait-ce pour moi et en mon honneur, ces toquades bien rythmées? "

    Et ce faisant il lui caressa le dos, en la pressant contre lui.

    Elle se disait qu'elle ne devait pas céder, et qu'il fallait continuer à le questionner, puisqu'il semblait enfin plus ouvert .Mais Xavier connaissait son pouvoir sur elle, et il l'entraina dans le salon.

    Ils étaient seuls dans l'appartement. Il eut un peu honte de lui, mais il allait lui faire l'amour là, sur le tapis, afin d'effacer toutes ces questions qui allaient éclore, et auxquelles il ne voulait ni ne saurait répondre..

    Il pensa tout le temps à Krystel. Elle était sa source. Ses mots étaient l'eau salvatrice dont il avait besoin pour continuer à exister vraiment. Florence ne s'en rendit pas compte, et pensa que Xavier était enfin redevenu lui-même. Elle aussi retrouvait une joie inextinguible et renaissait dans les bras de son époux. Elle le crut. Elle en avait tellement envie, elle l'aimait si fort....

     Le dimanche se passa merveilleusement bien pour elle. Xavier était resté attentionné et prévenant. Il l'avait emmené déjeuner à Carry le Rouet. Il paraissait très détendu, si loin de la froideur de ces derniers temps.

    Le soir, Florence avait la tête dans les étoiles, les poumons gorgés d'air pur, et l'esprit serein. Ils rentrèrent avant 20 heures, car Lucille et Gaëtan ses parents devaient ramener les enfants. Xavier voulu que la journée pour elle soit parfaite, et bien qu'il ne pensait qu'à s'isoler pour enfin se retrouver avec Krystel, car elle n'avait pas cessé d'être là, tout au long du jour, il se fit violence et décida de rester en bas avec sa femme en attendant l'arrivée des enfants.

    Ils arrivèrent à 20 heures tapante. Toujours cette ponctualité chez ses beaux-parents.

    Ils possédaient une agence immobilière et y travaillaient tous les deux. Cependant ils savaient se rendre disponibles pour garder leurs petits-enfants. Florence pouvait à tout instant compter sur eux. Ce qui était un grand soulagement.

    Toujours discrets, ils refusèrent de dîner avec eux, et d'ailleurs ils avaient d'autres projets en tête. Les enfants étaient douchés, avaient mangé, et prêts à aller dormir.

    -"Vraiment, mes parents sont exceptionnels", se dit-elle .

    Ils prirent congés rapidement, Xavier les raccompagna jusqu'à leur voiture garée dans la petite cour, en bas. Il les remercia chaleureusement. Il aimait ses beaux-parents, et avait toujours entretenu d'excellentes relations avec eux.

    Lorsqu'il remonta, Florence lui proposa un plateau-repas, cela lui convenait tout à fait. Une fois restauré Il avait une énorme envie de prendre sa guitare et se laisser aller à de petites impros, mais il se retint, et resta en bas avec elle.

    Il regardèrent un DVD, bien qu'il eut préféré écouter de la musique, mais il avait décidé de faire de ce dimanche une journée parfaite pour sa femme.

    Il avait le regard rivé sur le téléviseur et l'on eut pu penser qu'il était totalement absorbé par le film qui se déroulait sous ses yeux, alors qu'il n'entendait qu'un son, celui de la voix de krystel. Il ne connaissait pas son visage, il ne pouvait même pas l'imaginer. Le rêve de la nuit, revint subrepticement s'intercaler entre lui et l'écran. Il se demanda ce que pouvait bien signifier cet étrange sourire, mais il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il avait un lien avec Krystel.

    Perdu profondément dans ses interrogations, il sursauta, lorsque la main de Florence se posa sur la sienne... Instinctivement, il essaya de se concentrer sur les images du film, et cela tombait à pic, car son sursaut involontaire, pouvait s'expliquer par la scène qui se déroulait devant ses yeux. Il enveloppa la main de sa femme, et il la regarda en souriant. Décidément, pensa-til un petit coup de fil peut vous changer un homme..!!!

     

    A suivre: Chapître 12 prochainement

     

     

      L'étincelle

     

     

    Accueil

    L'étincelle